Cosplay & optimisme

Quand on m’a gentiment demandé d’écrire pour l’Opteamiste, je n’ai pas hésité longtemps avant d’accepter et surtout avant de choisir un sujet. En effet, j’ai eu immédiatement envie de vous parler de cosplay. Car c’est ce qui me rend la plus heureuse et la plus optimiste là maintenant. Le cosplay, c’est à la fois un art et un loisir, parfois même un métier, qui consiste à recréer les costumes de personnages de fiction avant de les incarner lors de conventions ou de shootings photo.

Yaya Han en Catwoman
Yaya Han en Catwoman

J’ai découvert ce hobby il y a quelques années et je me suis lancée dedans il y a seulement deux ans. Pour être honnête, je ne savais pas trop à quoi m’attendre : allais-je oser me montrer en public dans un costume ? Est-ce que ça allait me plaire après tout ? Et puis, finalement, j’ai adoré. J’ai adoré construire mon premier costume, j’ai adoré le porter, j’ai adoré pouvoir partager tout ça avec des ami-e-s, j’ai adoré poser pour les quelques photographes. Et j’ai adoré me voir sur les photos. Ce dernier point est important. Comme toutes les femmes, je suis soumise à la pression immense que la société fait peser sur nos épaules concernant notre apparence. J’ai longtemps été en bataille avec mon corps. Même si je rentre à peu près dans les standards de beauté actuels, j’ai souvent détesté mon corps. Pour ce qu’il était, pour l’image qu’il renvoyait de moi, pour les regards non voulus et les agressions plus ou moins violentes qu’il m’attirait. Petit à petit, que ce soit à travers des lectures féministes salvatrices, des témoignages similaires, l’amour de mes proches, j’ai commencé à m’accepter. A reprendre le contrôle et à réclamer la propriété de mon propre corps. Et indéniablement le cosplay m’a aidé à faire ce long chemin.

10628477_1487591768168479_4837476678671167611_n
The Venus Noire en Powergirl

Lorsque j’enfile un costume, je deviens un autre personnage mais au fond je ne fais que mettre à jour celle que je suis vraiment. Je me sens plus libre. Je choisis celui ou celle que je veux devenir, je choisis son apparence toute entière, de la couleur de ses cheveux à celle de ses chaussures. Je peux choisir de transformer mon corps pour coller à un personnage, ou au contraire de transformer ce personnage pour le faire coller à mon corps. Pour montrer au monde ce que serait ce héros ou cette héroïne dans la vraie vie. Je peux jouer avec mon genre, me faire fille ou garçon, je peux décider d’être cette femme fatale ou cette guerrière intrépide, je peux mettre en avant ma sensualité ou ma force, ma douceur ou ma colère. Je peux tout être, tout devenir. Le cosplay est un jeu avec soi-même, avec son apparence. Jouer avec son image, pour mieux se la réapproprier.

jack-sparrow-crossplay-04
Alyson Tabbitha avant et après sa transformation en Jack Sparrow

Mais c’est aussi un défi aux normes et aux conventions restreintes de notre culture. Si la communauté a ses problèmes, je n’en ai jamais trouvé de plus ouverte, de plus tolérante. Chaque jour je vois les photos de filles ou de femmes, qui, grâce à leurs costumes, se sentent plus belles, plus fortes. Et cela me met en joie. Cela m’inspire. Je suis heureuse à chaque fois que l’une d’entre elles poste une photo d’elle, que ce soit un selfie dans une salle de bain ou une photographie professionnelle en studio. Parce que je me dis que cette femme s’aime, et que c’est beau, que c’est une petite victoire face à cette société qui apprend aux femmes à se détester dès leur plus jeune âge.

11412194_786665264784893_945061953981441025_o
Shoko en Jinouga

Le cosplay est ma petite bulle d’optimisme pour tout un tas d’autres raisons, notamment parce qu’il est gratifiant de créer quelque chose de ses propres mains, ou encore parce qu’il est touchant de voir l’entraide et le soutien entre cosplayers. Parce que c’est aussi un loisir qui peut devenir militant lorsque certaines cosplayeuses mettent en lumière les discriminations dont elles sont victimes, lorsque les plus célèbres d’entre elles s’expriment contre le sexisme, lorsque des initiatives à l’envergure internationale comme Cosplay is not Consent voient le jour.

"Tu peux être une princesse. Tu peux être une reine. Tu peux même être une déesse. Tu peux être tout ce que tu veux : aimer ton cosplay, c'est t'aimer toi-même." Citation sur la page facebook de la cosplayeuse militante Brichibi.
« Tu peux être une princesse. Tu peux être une reine. Tu peux même être une déesse. Tu peux être tout ce que tu veux : aimer ton cosplay, c’est t’aimer toi-même. » Citation sur la page facebook de la cosplayeuse militante Brichibi.

Loin d’être une simple fête déguisée, le cosplay est donc un hobby résolument optimiste, qui repose avant tout sur le fun. Et le fait qu’il permette au passage à quelques-un-e-s de se réconcilier avec elleux-mêmes ne peut que le rendre encore plus incroyablement réjouissant.

_MG_9734clow
Moi-même en Thor

Vous pouvez retrouver mes costumes sur ma page DeviantArt Phobos-cosplay.

Publicités

Une réflexion sur “Cosplay & optimisme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s