Les racines et les jambes

Un jour, à la radio, par jour pluvieux, j’entends la phrase suivante « je n’ai pas de racines, j’ai des jambes ! » et c’était bien que je l’entende des mois avant de m’envoler pour l’ailleurs. Chez moi, l’ailleurs est germanique, pluvieux, gigotant. Je me précipite toujours dessus, excitée comme une puce à l’idée de vadrouiller et toujours un peu apeurée de peur de ne pas trouver ma place. La langue parfois engourdie de tant de mots appris, assimilés ou déformés.

Après trois années de déménagements et de vie Outre-Rhin, je peux le dire : je suis ma propre maison. C’est une sorte d’accomplissement parce que jusqu’ici, ce n’était pas une évidence.

Il y a eu tant d’hésitation, de craintes à l’idée d’être de trop ou de ne pas parler assez bien la langue de Goethe. Des vieux démons bêtes et méchants. J’ai foncé dans le tas, faisant illusion d’une aisance en me mangeant les joues de l’intérieur. Je n’étais pas sûre de ma place, de moi-même, de mes choix. Les insécurités aiment s’incruster dans nos bagages. Un regard, un paysage ou un nouveau mot fétiche et elles peuvent enfin être rangées comme un mouchoir de poche. Jusqu’à la prochaine fois.

Maintenant, l’évidence, c’est que je plisse de plus en plus les yeux face au soleil comme pour en absorber la lumière, que je rends les lieux malléables, un peu comme une super héroïne et que les gens me nourrissent plus que jamais. Distendre la géographie, pulvériser les arrogances et continuer de sourire à qui pose son regard sur ce visage tantôt perdu/heureux/chafouin. Chacun-e de nous est une promesse. Faites-moi confiance, c’est comme ça. Une sorte de fatalité optimiste.

Être sa propre maison, donc.

_MG_2406

Dans son propre corps d’abord. Quelle route, quel labyrinthe ! Travaux en cours. Ne pas secouer, jeter ou casser. C’est une suite d’échafaudages complexes qu’il ne faudrait pas démonter à la hâte. On peut visiter, toucher et regarder par les fenêtres. On est le-a bienvenu-e à condition d’avoir quelques paillettes de bonté, qu’elles soient dans les poches, sur les yeux ou dans le fond de la gorge. On peut même fouiller un peu. Trouver les tiroirs émotionnels et les ranger. Aider à trier la paperasse des sentiments et s’engouffrer dedans, aussi.

_MG_2402 (2)
Dans les lieux qu’on habite et qu’on visite, ensuite. Toujours très vite, j’aime apposer mes marques. Des femmes, des couleurs, des animaux en cartes postales et puis des fleurs. C’est une chaleur qui me protège du monde mais qui l’accueille tout autant. Bienvenue ! Bienvenue à celleux qui regardent les livres sur l’étagère, cherchent les photos et respirent l’odeur de mon petit univers.  Apprendre à aimer a priori les lieux sans se laisser anéantir par eux s’ils s’avèrent bancals. Se laisser envelopper par ceux qui nous rassurent et nous bercent.

Bien-sûr, il y a cette grande maison d’enfance, au loin, qui me regarde. Le parquet grince, le jardin se transforme en petite jungle, des pièces ont changé. Elle me fait de l’œil mais ce n’est plus vraiment ma maison. Pourtant, je suis fichtrement attachée à ce toit même si je sais qu’il couvrira bien d’autres têtes. Cette maison ne sera pas éternellement ma bouée car je suis mon sauvetage, mon bateau, ma marée. Je suis libre.

Oui, cette liberté comportent des murs et un tas de mobilier superflu mais ils me protègent et ne m’enferment pas. L’idée de m’installer ailleurs, de continuer la route est plus forte et rien ne remplace la lumière au fond du cœur et l’air dans les poumons.

Gruss an Nolde Karl Schmidt-Rottluff
Gruss an Nolde – Karl Schmidt-Rottluff

Il y a la rudesse de recommencer, chaque fois, de se retrouver avec soi-même, un peu brutalement, de se demander si c’est cela, être adulte. Et puis, les gens nous rendent visite, on chérit le mouvement de revenir, même quand on reste immobile. On se tombe dans les bras, on se sourit bêtement. Chaleur humaine et étincelle dans l’œil. 

Je suis une porte entrouverte et une lettre dans vos boîtes aux lettres.

Publicités

2 réflexions sur “Les racines et les jambes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s